Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Censure | Jeux
Expressions latines | non olet | vulgum pecus | steak tartare | Nous sommes tous... | Mots hongrois | Mots russes | La Crimée à Paris | roms, tsiganes, gitans, etc. | hébreu, israélite, juif, etc. | solution finale, holocauste, shoah, etc.

Mots arabe, turcs, persans : ces mots français qui viennent d'Orient

 

Qu'importe qu'un mot soit né dans notre pays, ou qu'il nous vienne d'un pays étranger ? La jalousie seroit puérile, quand il ne s'agit que de la manière de mouvoir ses lèvres, et de frapper l'air.
D'ailleurs nous n'avons rien à ménager sur ce faux point d'honneur. Notre langue n'est qu'un mélange de grec, de latin, et de tudesque, avec quelques restes confus de gaulois. Puisque nous ne vivons que sur ces emprunts, qui sont devenus notre fonds propre, pourquoi aurions-nous une mauvaise honte sur la liberté d'emrpunter, par laquelle nous pouvons achever de nous enrichir ? Prenons de tous côtés tout ce qu'il nous faut pour rendre notre langue plus claire, plus précise, plus courte, et plus harmonieuse, toute circonlocution affaiblit le discours.
    Fénelon (1824 : 330-331) : Lettre à M. Dacier sur les occupations de l'Académie.



Si le fonds lexical du français est issu du latin, nombreux sont les emprunts à des langues étrangères, et à toutes les époques : reflet des échanges entre civilisations, par lesquels chacune s'enrichit au contact de l'autre. Echanges commerciaux, culturels, militaires, culinaires, etc. – et donc aussi linguistiques.

Parmi ces mots qui viennent d'ailleurs, on peut distinguer grossièrement deux grandes catégories : ceux que l'on associe spontanément à des réalités initialement extérieures à la civilisation du pays d'accueil (exemples : ayatollah, couscous, ramadan, vizir) et ceux qui désignent des réalités qui ne sont pas (ou plus) ressenties comme étrangères (exemples : aubergine, matelas, tasse). Ce sont des mots de cette seconde catégorie que l'on trouvera ci-dessous, sans nulle prétention à l'exhaustivité : il ne s'agit ici que d'un simple échantillon, mais qui est en soi révélateur de l'ampleur de l'influence de l'Orient, et spécialement de l'arabe, dans le parler de tous les jours en France, même si l'origine étrangère de ces mots n'est plus perçue : à quoi reconnaître l'origine orientale de mots comme alcool, sucre, matelas, chiffre ou coton ?

Les mots qui viennent de l'Orient sont issus principalement de l'arabe, du persan, du turc, mais avant d'arriver en France, un bon nombre a transité par d'autres langues, par d'autres pays, surtout méditerranéens : Grèce, Italie, Espagne. En outre, la domination coloniale de la France en Algérie (1830-1962) a sans aucun doute joué aussi un rôle d'amplificateur dans la diffusion de ces termes en français, outre son apport spécifique dû, d'après les indications étymologiques, plus aux militaires chargés de conquérir et de soumettre l'Algérie qu'aux civils d'origine européenne qui s'y sont installés.

Conventions. Les données étymologiques présentées ci-dessous sont extraites principalement de Rey (1998) et du TLFi. Les mots turcs sont donnés dans leur orthographe actuelle. Les mots arabes sont donnés dans la forme qui figure dans Rey (1998).


A abricot XVIe siècle : abricot, aubercot < espagnol albaricoque / catalan albercoc < arabe al barquq < grec praikokkion < latin praecoquum (fruit précoce).
  alcool XVIe siècle : alcohol < arabe al kuḥl (sens initial : "poudre d'antimoine extrêmement fine servant de fard pour les yeux" (cf. kôhl) > "élément très fin et très pur" > "essence obtenue par distillation" > "esprit de vin").
  artichaut XVIe siècle : artichault < italien articiocco < arabe al-kharshôf.
  assassin XVIe siècle : assassin < italien assassino, assasseno < arabe ḥašāšin (fumeurs de haschich) ou arabe 'assāssīn (gardiens) ?
  aubergine XVIIIe siècle : aubergine < catalan alberginía < arabe al bādinǧān < persan bâtinǧān.
B bazar XVe siècle : bathzar < persan bāzār (marché public).
  bésef XIXe siècle : < arabe algérien bezzāf . Expression : pas besef (= pas beaucoup).
  bougnoule XIXe siècle : < wolof bougnoul (noir) ; les Algériens ont été appelés ainsi à l'époque coloniale ; utilisé parfois comme insulte à la fin du XXe siècle.
  bled XIXe siècle : bled < arabe algérien blad (terrain, pays > "lieu où une personne habite, où elle est née" > "contrée reculée ou petit village isolé, sans commodités ni distractions" [TLFi]).
C café XVIIe siècle : cafeh, caphé (< ital. caveé, caffè ) < turc kahve < arabe qahwa. – caoua (XIXe s.) est emprunté directement à l'arabe algérien.
  caviar XVe siècle : cavyaire < vénitien caviaro < turc havyar.
  châle XVIIe siècle : scial < hindi shāl < persan.
  chiffre XIIIe siècle : cifre < latin médiéval cifra (zéro) < arabe ṣĭfr. Le terme, qui désignait d'abord "zéro", a été étendu à l'ensemble du système de numération issu d'Inde et transmis à l'Occident par les Arabes.
  chouïa XIXe siècle : < arabe maghrébin šuya (= un peu).
  coton XIIe siècle : cotun < italien cotone < arabe quṭun.
  cumin XIIe siècle : comin < latin cuminum < grec kuminon < origine sémitique (hébreu kammôn).
D divan XVIe siècle : divan (siège long, sans bras < salle de réception < jour d'audience) (< italien divano ?) < turc divan (conseil, salle du conseil) < persan dīwān (registre).
  douane XIIIe siècle dohanne < italien doana, dovana < arabe dīwān (salle de réunion < bureau de douane) < persan dīwān.
E épinard XIIIe siècle : espinarde, espinar < latin médiéval spinarchia, spinargia < arabe andalous 'isbināḫ < persan ispanaǧ.
  estragon XVIe siècle : estargon < targon < latin médiéval tarcon, altarcon < grec médiéval tarkon < arabe ṭarḫūn.
F flouse XIXe siècle : felous < arabe maghrébin flūs (argent). Argotique en français.
G gilet XVIIe siècle : gillet < espagnol gileco, jileco < arabe maghérbin ǧalīka ("casaque des captifs chez les Mores" [Rey]) < turc yelek ; le terme s'est spécialisé en français pour désigner le vêtement porté sous la veste (dans un costume trois pièces).
  goudron XIIe siècle : catran (> goudren > gotran > gouderon > goudron) < arabe égyptien qaṭran.
  gourbi XVIIIe siècle : gurbie < arabe algérien gurbī (= maison de terre) ; en français : "maison misérable et sale" (Rey).
  guitare XIIIe siècle : quitarre < espagnol guitarra < (arabe kittàra ?) < grec kithara.
G guitoune XIXe siècle : guitour (> guitoune) < arabe maghrébin gitūn (tente).
H hasard XIIe siècle : hasart < espagnol azar < arabe az-azahr (jeu de dés) ; en français : jeu de dés > risque (cf. les hasards de la guerre) > événement fortuit.
J jarre XIIIe siècle : jare < arabe ǧara.
  jasmin XVIe siècle : jassemin, josmin < arabe jasmīn.
  jupe XIIe siècle. < italien jupa < arabe ǧubba (veste de dessous) ; le terme désignait à l'origine un vêtement non spécifiquement féminin qui se portait au-dessus de la taille, il a désigné ensuite les deux parties d'un vêtement au-dessus et en dessous de la taille pour se limiter finalement à ce second sens ; il ne sert plus à désigner maintenant qu'un vêtement féminin : dans le monde occidental, seuls les Ecossais portent des jupes, qu'on appelle kilts. Expression : être/rester dans les jupes de sa mère.
K kifkif XIXe siècle : < arabe algérien kif (comme) ; s'emploie actuellement redoublé (kifkif) ; version étendue : kifkif bourricot.
  kiosque XVIIe siècle : chiosque (pavillon) < italien chiosco < turc köşk (kiosque, pavillon) < persan kušk (palais).
M macache XIXe siècle < arabe maghrebin mā kān š (il n'y a pas) ; version étendue : macache bono.
  magasin XIVe siècle : maguesin < latin médiéval magazenum ou itallien magazzino < arabe mahāzin = pluriel de mahzān (entrepôt).
  matelas XIVe siècle : materas < italien materasso < latin médiéval mataracius < arabe maṭraḥ (coussin, tapis) < taraḥa = jeter. "Pour comprendre comment le lieu où l'on jette, ou bien la chose jetée (mat.rah., mot.rah.) a pu s'entendre d'un lit, d'un matelas, il suffit de se rappeler que les Orientaux ou n'avaient pas de lits proprement dits, à la façon des nôtres, avec un châlit, mais qu'une simple couverture, un matelas jeté à terre en tenait lieu." (Devic 1877 : 49)
N nénufar XIIIe siècle : neuphar, neufar, neuenufar < latin médiéval nenuphar < arabe nīnūfar, nīlūfar < persan nīlūfar < sanscrit nīlōtpala (< nīlah = bleu-noir, utpalam = fleur de lotus). La 7e édition du dictionnaire de l'Académie (1877) l'orthographiait avec un f, la 9e (1935) avec ph. Les Rectifications de 1990 ont initié le retour à l'orthographe ancienne. – "Nénufar avec un "f"... Les phumiers !", fait dire Siné à un personnage d'un de ses dessins.
N niquer XIXe siècle. < arabe maghrébin i-nik = je fais l'amour. – Dans le parler des banlieues, Nique ta mère ! est une injure grossière. Le sigle NTM a été pris comme nom par un groupe de rap à la fin du XXe siècle.
  nouba XIXe siècle. < arabe maghrébin nūba = tour , tour de rôle > service de garde > "concert de musique qui a lieu préiodiquement devant la maison d'un officier ou d'un dignitaire" (Rey) > concert. De là, en français : = noce, fête. Expression : faire la nouba.
O orange XIVe siècle : pomme d'orenge < italien melarancio (mela = pomme, arancio = oranger) < arabe < persan nārānǧ.
P punch XVIIe siècle : punch < anglais punch < ? marathe, hindi pānch (cinq : boisson composée à l'origine de cinq ingrédients – thé, sucre, eau-de-vie, cannelle, citron, selon Devic 1886 : 56). Depuis 1990, peut s'écrire ponch.
R ramdam < arabe algérien ramḍām < arabe ramaḍān (mois du jeûne dans la religion musulmane). En français = tapage (< vie nocturne bruyante le mois de ramadan).
  ratonner XXe siècle : < raton (< rat ?) ; les Algériens ont été appelés ratons à l'époque coloniale, d'où le verbe ratonner = initialement au sens de "brutalités exercées contre les ratons", étendu à "brutalités exercées contre un groupe quelconque".
  razzia < arabe algérien ġazia ͭ ="attaque d'"une troupe de nomades contre une tribu, une oasis, une bourgade pour enlever les troupeaux, les récoltes" (Rey) > rafle.
S safran XIIe siècle : saffryn < latin safranum < arabe zafarān.
  satin XIVe siècle : zatin < espagnol aceituní, setuní < arabe zaytūnī < chinois Citong (nom de la ville où étaient produites des éftoffe en satin)
  sirop XIIe siècle : sirop < latin médiéval siroppus, siruppus, syrup(p)us < arabe šarāb.
S smala XIXe siècle : smalah < arabe algérien zmālah = famille, maisonnée > famille nombreuse. Expression : et toute la smala.
  sorbet XVIe siècle : sorbet (boisson à base de citron, de sucre et d'eau > glace à base de fruit) < italien sorbetto (boisson des Turcs) < turc şerbet (boisson rafraîchissante < arabe šarbā (boisson).
  souk XIXe siècle : < arabe sūk (marché couvert) ; > lieu désordonné > désordre.
  sucre XIIe siècle : çucre < italien zucchero < arabe sukkar < sanscrit çarkarā.
T tambour XIIe siècle : tabour < persan ṭabīr.
  tarif XVIe siècle : tariffe < italien tariffa <arabe ta'rīfa.
  tasse XIIe siècle : < arabe tassa.
T toubib XIXe siècle : < arabe algérien ṭbīb.
Z zénith XIVe siècle : cenith < arabe samt (chemin).
  zéro XVe siècle : < italien zero < zefiro < latin zephirum < arabe ṣĭfr.
  zouave XIXe siècle : < berbère zwawa (nom d'une tribu kabyle) ; a désigné un corps d'infanterie composé de Kabyles, et de là, homme courageux, excentrique, pitre. Expression : faire le zouave.

Références bibliographiques

Devic, Marcel, 1886. Dictionnaire étymologique de tous les mots d'origine orientale. in : Littré, Emile, 1877. Dictionnaire de la langue française. Supplément. Paris : Hachette. Document en ligne sur le site de la BnF, consulté le 2012-10-02.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58019485.

Duclos, Jeanne, 1992. Dictionnaire du français d'Algérie. Français colonial, pataouète, français des Pieds-Noirs. Paris : Bonneton.

Fénelon, 1824. Œuvres diverses. Paris : Lefèvre. Document en ligne sur le site de la BnF, consulté le 2012-09-27.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k147549d.

Le Trésor de la langue française informatisé. Document en ligne, consulté le 2006-01-08.
http://atilf.atilf.fr.

Les rectifications de l'orthographe. Document en ligne sur le site de l'Académie française, consulté le 2006-01-08.
http://www.academie-francaise.fr/langue/rectifications_1990.pdf.

Rey, Alain (ed.), 1998. Dictionnaire historique de la langue française. 3 volumes. Paris : Le Robert.

Walter, Henriette, 1997. L'aventure des mots français venus d'ailleurs. Paris : Laffont 1997.


© Jacques Poitou 2017.