Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Imprimerie et transmission | Censure | Lexique | Jeux
Introduction | Règles | Majuscules | Ponctuation | Abréviations | Chiffres | Date | Adresses | Mise en page | Polices | Corrections | Courrier | Bibliographie | Allemand | AnglaisIndex

Coupure de mots



La coupure de mots obéit à deux principes contradictoires : elle est pratiquée pour des raisons esthétiques et limitée pour des raisons linguistiques.

Elle est d'abord une affaire d'esthétique : aucune coupure n'est nécessaire pour quelque raison linguistique que ce soit.

Dans le cas d'un texte aligné uniquement à gauche, elle peut permettre d'éviter d'avoir une ligne trop courte (si le dernier mot de la ligne est trop long pour y tenir), comme c'est le cas dans l'exemple (2) ci-dessous.

Dans le cas d'un texte justifié à droite, la justification se faisant par élargissement des espaces entre les mots (voire des espaces entre les lettres), elle peut permettre d'éviter des espaces trop larges, comme c'est le cas dans l'exemple (3) ci-dessous. Plus la ligne est courte, moins il y a de mots et donc d'espaces entre les mots, et plus ceux-ci risqueraient d'être démesurément élargis.

coupures

Mais l'emplacement de la coupure obéit à un autre principe. Dans tous les cas, le fait de couper un mot en ralentit la lecture : le lecteur est obligé d'aller au début de la ligne suivante pour en percevoir l'intégralité. D'où un certain nombre d'usages destinés à atténuer cet inconvénient. Les conventions détaillées varient d'une langue à l'autre.

La coupure est marquée par un trait de division (identique au trait d'union) à la fin de la ligne. Si la coupure coïncide avec un trait d'union, celui-ci est répété à la ligne suivante.

Coupure ou césure ?

Le mot césure – qui fait certes très savant – est parfois employé à la place de coupure. Ni le Littré ni le dictionnaire de l'Académie (9e édition) ni le TLFi ni le Petit Robert électronique ne mentionnent d'autre acception du terme césure que celle de pause à l'intérieur d'un vers.


Conventions

Les conventions indiquées ci-dessous valent pour le français. Les coupures sont marquées par une barre droite. Voir plus haut l'exemple (1) d'une coupure acceptable.

1. Dans le cas de mots complexes de plusieurs parties réunies par un trait d'union, la coupure ne peut se faire qu'avant ce trait d'union.

poste-| -frontière    et non : pos-| te-frontière    ou    poste-front-| ière

2. Dans le cas de mots complexes (plusieurs lexèmes ou un lexème et des affixes), la coupure se fait préférentiellement entre ces constituants.

anti-| atomique    et non : an-| tiatomique    ni    antia-| tomique ;
dés-| herber ; ré-| itérer

3. Dans les autres cas, la coupure se fait entre syllabes. Dans le cas de consonnes doubles, elle se fait entre ces consonnes.

bat-| tement    et non    ba|- ttement

On s'efforce d'éviter un trop grand nombre de coupures dans un même paragraphe, et surtout de coupures successives. On s'efforce également de faire en sorte que la dernière ligne d'un alinéa ne soit pas trop courte du fait de la coupure du dernier mot. On s'efforce enfin de ne pas couper les mots d'un titre.

Il n'en a cependant pas toujours été ainsi : voir ci-dessous la page de couverture et la page de titre (peu esthétique) d'un opuscule paru à Paris en 1574 (page de couverture et page de titre).

1574 1574

(sur le site de la British Library : http://special-1.bl.uk/treasures/festivalbooks/pageview.aspx?strFest=0036&strPage=1)

Cas particuliers

Les conventions suivantes découlent des mêmes principes :

– pas de coupure après l'apostrophe (pas : aujourd'| hui) ;
– pas de coupure après le -t- euphonique apparaissant en liaison avec des formes verbales : aussi l'aime-| -t-elle (pas : aussi l'aime-t-| -elle) ;
– pas de coupure devant une syllabe muette (pas : bou-| le) ;
– pas de coupure après ou avant une syllabe d'une seule lettre (comme c'est le cas dans l'exemple (4) ci-dessus) ;
– pas de coupure des sigles ou acronymes (pas : SN-| CF).

Les cinq cas suivants concernent non des mots, mais des suites de mots (ou de lettres) séparés par un espace ; avec les logiciels actuels de traitement de texte, on évite une coupure erronée en plaçant un espace insécable entre les deux segments qui ne doivent pas être séparés :

– pas de coupure des nombres écrits en chiffres (pas : 12| 870) ;
– pas de coupure entre un chiffre écrit en chiffres et une unité de mesure (pas : 25| km) ;
– pas de coupure entre l'initiale d'un prénom ou un titre de civilité abrégé et le nom de famille (pas : M.| Arsène Lupin ni M. A.| Lupin) ;
– pas de coupure entre les différentes parties d'une abréviation (pas : p.| ex.) ;
– pas de coupure avant un signe de ponctuation (autre que le tiret long) (pas : et alors| ?).

Réalisation des coupures avec un logiciel de traitement de texte

Les logiciels actuels de traitement de texte peuvent gérer les coupures de mots, soit en proposant à l'utilisateur des coupures qu'il peut accepter ou refuser, soit, comme MS Word, en les réalisant automatiquement, selon ses critères qui n'aboutissent pas toujours au résultat que l'utilisateur souhaiterait obtenir... Prudence, donc.

voirTraitement de texte


Références bibliographiques

Dictionnaire de français "Le Littré". Document en ligne, consulté le 2008-01-08.
http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/.

Dictionnaire de l'Académie française. 9e édition. Version informatisée. Document en ligne, consulté le 2008-01-08.
http://atilf.atilf.fr/academie9.htm.

Le nouveau Petit Robert électronique de la langue française. Document en ligne (accès restreint), consulté le 2008-01-08.

TLFi = Trésor de la langue française informatisé. Document en ligne, consulté le 2009-01-07.
http://atilf.atilf.fr/.


© Jacques Poitou 2017.