Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Censure | Lexique | Jeux
Origine | Ecritures alphabétiques | Pictogrammes | Proto-élamite | Hiéroglyphes égyptiens | Ougaritique | Hiéroglyphes anatoliens | Cunéiforme | Grec | Etrusque | Arménien | Crétois | Arabe | Hébreu | Runique | Gotique | Cyrillique | Russe | Ukrainien | Serbo-croate | Vallée de l'Indus | Kharoshthi | Brahmi | Birman, khmer, lao, thaï | Indonésien | Orkhon | Mongol | Dongba | Transcription

Ecriture ugaritique (ougaritique)



L'écriture ugaritique est attestée par des tablettes d'argile découvertes lors de fouilles menées en 1929 par Claude Schaeffer et Georges Chenet à Ras Shamra, sur la côte méditerranéenne de la Syrie, au nord de Lattaquié [nom usuel en français]. L'écriture a été déchiffrée dès 1930 grâce aux efforts de Hans Bauer, Edouard Dhorme et Charles Virolleaud : il s'agit d'une langue sémitique occidentale apparentée au phénicien.

ugarit
Ruines de Ugarit. Ras Shamra (Syrie), avril 2008.

Cette région était peuplée dès le huitième millénaire avant notre ère. Les tablettes découvertes sur le site attestent l'existence d'un royaume d'Ugarit dont l'âge d'or va du XIVe siècle au début du XIIe avant notre ère. Cité commerçante, cosmopolite, Ugarit était en relation avec la Mésopotamie, les pays hittites, l'Egypte, Chypre et les principautés grecques, comme en attestent des tablettes écrites en diverses langues. Une bonne moitié des tablettes est écrite en akkadien, écriture cunéiforme, langue des relations internationales. L'ugaritique était utilisé pour le culte et l'administration locale.

voirEcriture cunéiforme

Les trente signes de l'écriture ugaritique sont de type cunéiforme. Mais les spécialistes (voir entre autres Jensen, Lemaire, O'Connor) pensent qu'il ne s'agit pas d'une simplification de l'écriture cunéiforme proprement dite, notamment du fait de la valeur phonique différente de signes de graphisme semblable en akkadien et en ugaritique. Le fait que l'ordre des lettres dans l'alphabet ugaritique (sur une tablette découverte en 1949) est le même que dans l'alphabet phénicien incite à y voir la réalisation des même signes consonantiques que ceux des écritures sémitiques, mais à l'aide des instruments utilisés habituellement pour l'écriture cunéiforme (stylet et tablette d'argile). Hypothèse confortée par le bilinguisme (akkadien, ugaritique) des scribes. Ce serait donc le support utilisé – l'argile – qui aurait déterminé le graphisme des signes :

writing with a stylus on clay worked better with wedges than with the simple strokes that make up the forms of the linear abjad, and so the scribes adapted the script. (O'Connor 1996 : 92)

ugaritic
Signes ugaritiques définis dans Unicode (U+10380 – U+1039F) réalisés ici avec la police Aegean.
Valeur selon Healey in Bonfante, Chadwik et al. (1994 : 273).

Mais l'écriture ugaritique se distingue d'autres écritures sémitiques par deux particularités :

– la direction de l'écriture, de gauche à droite ;
– le fait qu'à l'occlusive glottale, représentée par la première lettre de l'alphabet, alef en hébreu, correspondent en ugaritique trois signes aptes à transcrire trois voyelles a, i et u. Selon O'Connor (1996 : 92), "the need to record words, especially names, that originated in other languages led to the notation of some vowels".

ugaritic Alphabet ugaritique découvert sur le site d'Ugarit. Pas plus gros qu'un doigt. On suppose qu'il servait de matériel pédagogique. Mais le fait essentiel est que l'ordre des lettres est le même que celui des vingt-deux lettres de l'alphabet phénicien, cinq des lettres supplémentaires sont intercalées entre les vingt-deux et trois sont placées à la fin (voir Virolleaud 1950).

Musée national, Damas, 2008.

Ci-dessous quelques tablettes découvertes à Ugarit, les deux premières en écriture ugaritique, la troisième en langue akkadienne et en écriture cunéiforme.

ugarit
Fragment de tablette : abécédaire.
(XIIIe siècle avant notre ère)
Musée du Louvre, 2012.
ugarit
Tablette : poème mythologique du cycle de Ba'al.
Musée du Louvre, 2012.
ugarit
Texte juridique en akkadien
portant l'empreinte du sceau dynastique.
XIVe siècle avant notre ère.
Musée du Louvre, 2012.

Références bibliographiques.

Bonfante, Larissa, Chadwick, John, et al., 1994. La naissance des écritures. Du cunéiforme à l'alphabet. Traduit de l'anglais. Paris : Seuil 1994.

Calvet, Yves, 1999. Ras Shmara, l'ancienne Ougarit. Document en ligne sur le site de Clio, consulté le 2012-10-11.
http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/pdf/pdf_ras_shamra_lancienne_ougarit.pdf.

Cohen, Marcel, 2005. La grande invention de l'écriture et son évolution.in : Cohen, Marcel & Peignot, Jérôme, 2005. Histoire et art de l'écriture. Paris : Laffont, 3-452. Collection Bouquins.

Encyclopædia Universalis. Version Education (accès restreint). Article "Ougarit (site archéologique)" et "Ugarit". Documents en ligne, consulté le 2012-10-11.

Février, James G., 2005. Les Sémites et l'alphabet. Ecritures concrètes et écritures abstraites. in : Cohen, Marcel & Peignot, Jérôme, 2005. Histoire et art de l'écriture. Paris : Laffont, 570-597. Collection Bouquins.

Jensen, Hans, 1958. Die Schrift in Vergangenheit und Gegenwart. 2. neubearbeitete und erweiterte Auflage. Berlin : Deutscher Verlag der Wissenschaften. 1ère édition 1935.

Lemaire, André, 2001. Origine de l'alphabet et écritures ouest-sémitiques. in : Christin, Anne-Marie (ed.), 2001. Histoire de l'écriture du pictogramme au multimédia. Paris : Flammarion, 203-215.

Lemaire, André, 2002. L'écriture alphabétique au Proche-Orient ancien. Document en ligne sur le site de Clio, consulté le 2008-01-05.
http://www.clio.fr/bibliotheque/pdf/pdf_l_ecriture_alphabetique_au_proche-orient_ancien.pdf.

Lemaire, André, 2007. La diffusion des écritures alphabétiques (ca 1700-500 av. n. è.). Diogène 218 : 52-70. Document en ligne sur le site de Cairn (accès restreint), consulté le 2009-05-22.

O'Connor, M., 1996. Epigraphic Semitic Scripts. in : Daniels, Peter T. & Bright, William (eds.), 1996. The World's Writing Systems. New York/Oxford : Oxford University Press, 88-107.

Virolleaud, Charles, 1950. Un abécédaire du XIVe siècle av. J.-C. provenant de Ras-Shamra. Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 94, 1 :71-74. Document en ligne sur le site Persée, consulté le 2012-10-11.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1950_num_94_1_78496.

Zamóra Lopez, José Ángel,2007. Les utilisations de l'alphabet lors du IIe millénaire av. J.-C. et le développement de l'épigraphie alphabétique : une approche à travers la documentation ougaritique en dehors es tablettes (I) in : Michaud, Jean-Marc, 2007. Le royaume d'Ougarit de la Crète à l'Euphrate. Nouveaux axes de recherche. Actes du Congrès Internationale de Sherbrooke. Sherbrooke : GCG éditions, 9-47. Document en ligne, consulté le 2012-10-11.
http://digital.csic.es/bitstream/10261/22556/1/Les%20utilisations%20de%20l´alphabet%20lors%20du%20IIe%20millénaire.pdf.

– Site de la mission archéologique syro-française de Ras Shamra (Ougarit) :
http://www.ras-shamra.ougarit.mom.fr/.


© Jacques Poitou 2017.