Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Censure | Lexique | Jeux
Origine | Ecritures alphabétiques | Proto-élamite | Hiéroglyphes égyptiens | Ougaritique | Hiéroglyphes anatoliens | Cunéiforme | Grec | Etrusque | Arménien | Crétois | Arabe | Hébreu | Runique | Gotique | Cyrillique | Russe | Ukrainien | Serbo-croate | Vallée de l'Indus | Kharoshthi | Brahmi | Birman, khmer, lao, thaï | Indonésien | Orkhon | Mongol | Dongba | Transcription

Pictogrammes



Dans l'espace public, on utilise de plus en plus de pictogrammes à la place d'inscriptions écrites. Il y a à cela plusieurs raisons. Le développement des déplacements des gens dans des espaces à l'organisation parfois complexe nécessite de les aider à se repérer, de leur indiquer ce qu'ils peuvent faire, ce qu'ils n'ont pas le droit de faire et où ils peuvent faire ce qu'ils veulent faire. D'où une multiplication de signaux complexes, qui signifient le plus souvent des actions que l'on peut, que l'on doit ou que l'on ne doit pas faire dans des lieux particuliers. Les pictogrammes présentent deux avantages par rapport aux inscriptions écrites. Ils sont indépendants de la langue et donc a priori aussi aisément compréhensibles par des étrangers que par des autochtones (aux différences culturelles près). Par ailleurs, ils occupent une surface réduite et qu'il est plus aisé de placer que des lignes de texte. Voir à ce sujet Frutiger 2000 (299-301).

voirPictogrammes en vrac
voirLes lettres comme images
voirRébus


Signalétique d'aéroports

Les quatre pictogrammes ci-dessous signalent des espaces particuliers de l'aéroport par représentation de ce que les usagers peuvent y faire. Dessins stylisés, qui représentent soit des personnes effectuant une action (être assis en relation avec l'heure, prier), soit des objets liés aux actions qui peuvent y être exécutées : une cigarette allumée, un biberon). Ces pictogrammes sont d'autant plus aisément décodables qu'ils renvoient à des actions et situations connues des récepteurs et qu'ils sont eux-mêmes connus des récepteurs (cf. la différence entre les pictogrammes pour l'espace fumeur et la salle d'attente). Mais il faut bien saisir leur complexité. Ainsi, le second pictogramme indique, par son existence même, l'accès à un espace dans lequel on a la possibilité (ce qui est indiqué par la couleur bleue) de se livrer à la prière (représentée par un homme dans la pose adéquate).

picto
Kunming (Chine), 2007.
Salle d'attente.
picto
Hong Kong (Chine), 2007.
Salle de prière.
picto
Hong Kong (Chine), 2007.
Espace fumeurs.
picto
Hong Kong (Chine), 2007.
Espace biberons.

Pictogramme et écritures

picto
Train (Yunnan, Chine), 2007.
picto
Hôtel, Sanjiang (Guizhou, Chine), 2007.

Trois types de signes sur ces deux inscriptions : texte en caractères chinois (langue locale), texte en anglais (langue internationale), pictogramme. Ces pictogrammes peuvent poser des problèmes de décodage. Pour le premier, on imagine mal un homme assis aussi droit en train de cracher. Sur le second, le décodage du trait ondulé comme représentant un sol glissant n'est pas immédiat (le trait ondulé est le plus souvent utilisé pour représenter la surface de l'eau) et la posture du personnage suggère plus une discipline sportive qu'une personne en train de tomber, d'autant plus que l'utilisation du carré et de la couleur rouge pour signaler un danger est rare. Mais quand on voit ce pictogramme dans une salle de bain et qu'on vient justement de glisser sur le sol, on comprend...


Six pictogrammes signifiant "Attention ! Ecole !"

Indépendants des langues, les pictogrammes reflètent des cultures différentes. Voir la différence entre les sacs portés par les personnages sur les pictogrammes européens (cartable porté à la main) et sur le pictogramme birman (sac de toile en bandoulière). Sur les trois premiers pictogrammes européens, la fille est distinguée du garçon par la petite natte (qui ressemble aussi au symbole de la femme) et sur le pictogramme allemand (qui semble ancien) par une jupe (longue). Le plus souvent, le garçon est plus grand que la fille (exception notoire : le pictogramme berlinois). A la différence des autres, le pictogramme birman représente, semble-t-il, la mère avec son enfant.

Tous ces pictogrammes signalent des lieux où sont susceptibles de se trouver des enfants. Mais leur signification est autre : c'est une injonction à ceux qui voient ces panneaux – automobilistes, cyclistes – de rouler prudemment et de faire attention aux enfants. Sur les panneaux européens, un triangle équilatéral entouré de rouge signale signifie toujours une injonction motivée par un danger.

picto
Berlin (Allemagne),
2007.
picto
Bossost (Espagne),
2007.
picto
Bohan (Belgique),
2007.
picto
Monywa (Myanmar),
2006.
picto
Battambang (Cambodge),
2008.
picto
Praha (Rép. tchèque),
2009.

Décodage ?

pictopictopicto

Charleville-Mézières (France, 08), 2007.

Difficile de décoder ces pictogrammes sans connaissance du contexte. Ils figurent à la devanture d'une boutique de piercing et signalent donc à l'observateur ce qu'il peut y obtenir.

picto

Istanbul (Turquie), 2006.

Une chaussure... Sans la connaissance du turc et sans savoir où se trouve cette pancarte, on pourrait hésiter entre plusieurs interprétations : boutique d'un cordonnier, d'un marchand de chaussures ? Mais en la voyant à l'entrée d'une mosquée, près d'étagères où sont rangées des chaussures, on comprend qu'il faut se déchausser avant d'entrer.


Interdiction, autorisation

picto picto

A gauche : Tarbes (France, 65), 2007.

A droite : Bossost (Espagne), 2007.

Les pictogrammes dans un cercle correspondent souvent à des interdictions et à des autorisations : le rouge pour l'interdiction (cercle souvent barré obliquement), le vert (parfois le bleu) pour l'autorisation.

Frutiger (2000 : 298) note que le rouge est la couleur la moins présente dans le paysage, de telle sorte qu'un signal en rouge attire plus l'attention. D'où son utilisation pour des interdictions. L'opposition entre le rouge (signalant l'interdiction) et le vert (signalant l'autorisation), présente dans les feux tricolores du monde entier, est universellement décodable.

En 1966, la presse avait rapporté que dans le cadre de la Révolution culturelle en Chine, des gardes rouges avaient proposé que dans les feux tricolores, les couleurs soient inversées, de façon à ce que le rouge – couleur du socialisme, de la révolution, de la marche en avant de l'humanité, etc. – signifie l'autorisation d'avancer. Mais l'association rouge-interdiction a été maintenue.


Images anciennes et modernes

picto picto

A gauche : environs de Tarbes (France, 65), 2007.

A droite : Morbecque (France, 59), 2007.

Ces deux pictogrammes signalent un passage à niveau et demandent à l'automobiliste ou au cycliste de rouler plus lentement et de faire attention aux trains ou aux barrières. Le pictogramme représentant une locomotive à vapeur (passage à niveau sans barrière) est plus évocateur que celui avec la barrière, mais il correspond à une réalité qui, quoique dépassée, est bien ancrée dans notre culture. Sur le second pictogramme, la barrière représentée ressemble plus à une clôture de jardin qu'à un passage à niveau.


Pictogramme et art

picto

Pictogramme de Liu Yang. File d'attente.
Comparaison entre les mœurs allemandes et chinoises (en bleu l'Allemagne, en rouge la Chine)
Ministère des Affaires étrangères, Berlin (Allemagne), 2007.

Stylisation maximale et maximalement expressive : un rectangle blanc pour indiquer le but de la queue, des points noirs pour représenter les gens. Les couleurs bleu et rouge choisies pour les deux pays s'opposent nettement et permettent aussi toutes les deux que se détachent bien les dessins en blanc et en noir. – Liu Yang, née en 1976 à Beijing (Pékin), vit depuis 1989 en Allemagne.

picto Afin d'inciter les gens à faire la queue bien en file (et donner ainsi une bonne image de la Chine aux visiteurs étrangers lors des Jeux olympiques de 2008), on a instauré à Beijing une "Journée de la queue". La première a eu lieu le 11 février 2007, et elle est prévue le 11 de chaque mois. – Le 11, parce que l'image de ces deux chiffres évoque deux personnes l'une derrière l'autre, en train de faire la queue...
(China Daily, 2007-02-08.
http://www.chinadaily.com.cn/2008/2007-02/08/content_804734.htm et
http://en.beijing2008.cn/news/special/queuingday/)

voirPlus de pictogrammes
voirPictogrammes dongba (ethnie naxi en Chine du Sud-Ouest)


Références bibliographiques

Frutiger, André, 2000. L'homme et ses signes. 2e édition. Traduit de l'allemand. Reillanne : Atelier Perrousseaux. 1ère édition originale : Der Mensch und seine Zeichen, 1978.


© Jacques Poitou 2017.