Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Censure | Lexique | Jeux
Origine | Ecritures alphabétiques | Pictogrammes | Proto-élamite | Hiéroglyphes égyptiens | Ougaritique | Hiéroglyphes anatoliens | Cunéiforme | Grec | Arménien | Crétois | Arabe | Hébreu | Runique | Gotique | Cyrillique | Russe | Serbo-croate | Vallée de l'Indus | Brahmi | Birman, khmer, lao, thaï | Indonésien | Orkhon | Mongol | Dongba | Transcription

Ecriture kharoshthi



L'écriture kharoshthi a été utilisée, en parallèle avec l'écriture brahmi, dans le Nord-Ouest du subcontinent indien, en Afghanistan et jusque dans certains sites du Nord-Ouest de la Chine, du IIIe siècle avant notre ère au IIIe ou IVe siècle de notre ère. Sa création remonterait au IVe, voire au Ve s. avant notre ère. Elle a certaines racines dans l'écriture araméenne, comme en témoignent le graphisme, la valeur phonique de certaines lettres et la même direction de l'écriture (de droite à gauche). Mais les spécialistes divergent sur les circonstances concrètes de sa genèse.

Cette écriture se distingue de l'écriture araméenne dans son principe d'organisation. Filliozat (2005) note qu'il y a, dans les écritures indiennes, quelque chose de fondamentalement original : les consonnes initiales n'ont pas de signe distinct parce qu'elles n'ont pas, dans le flux acoustique, d'existence indépendante des voyelles qui les suivent, d'où la représentation de l'ensemble "consonne + voyelle" par un seul signe. Quelles que soient donc les formes graphiques que l'Inde a empruntées à des écritures venues d'ailleurs, elles se sont vu attribuer une valeur différente en fonction de l'analyse que les Indiens faisaient de leur langue.

voirAraméen
voirBrahmi

kharoshthi

(Liste des signes consonantiques de la kharoshthi présents dans Unicode. La valeur des signes est celle indiquée dans Unicode.)

La kharoshthi est attestée au IIIe siècle avant notre ère par des inscriptions sur des pièces de monnaie et surtout par une copie des édits d'Asoka.

– Fragment d'un manuscrit bouddhique sur feuille de palmier (MS 2179/44 Mahaparinivanasutra), IIe-début IIIe s. sur le site de la Schøyen Collection :
http://www.schoyencollection.com/buddhism.html#2179-44.

– Liste des signes kaoshthi recensés dans le standard Unicode :
http://www.unicode.org/charts/PDF/U10100.pdf.


Références bibliographiques

Encyclopædia universalis. Version Education (accès restreint). Articles "Asoka" et "Inde (histoire)". Documents en ligne, consulté le 2008-02-22.

Février, James G., 1959. Histoire de l'écriture. 2e édition. Paris : Payot. 1ère édition 1948.

Filliozat, Jean, 2005. Les écritures indiennes. Le monde indien et son système graphique. in : Cohen, Marcel & Peignot, Jérôme, 2005. Histoire et art de l'écriture. Paris : Laffont, 597-618. Collection Bouquins.

Glass, Andrew, Braums, Stefan, Salomon, Richard, 2002. Proposal to Encode Kharosthi in Plane 1 of ISO/IEC 10646. Document en ligne, consulté le 2008-02-22.
http://std.dkuug.dk/jtc1/sc2/wg2/docs/n2524.pdf.

Haarmann, Harald, 1990. Universalgeschichte der Schrift. Frankfurt/New York : Campus Verlag.

Salomon, Richard, 1996. Brahmi and Kharoshthi. in : Daniels, Peter T. & Bright, William (eds.), 1996. The World's Writing Systems. New York/Oxford : Oxford University Press, 373-383.


© Jacques Poitou 2009.