Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Censure | Lexique | Jeux
Origine | Ecritures alphabétiques | Pictogrammes | Proto-élamite | Hiéroglyphes égyptiens | Ougaritique | Hiéroglyphes anatoliens | Cunéiforme | Grec | Arménien | Crétois | Arabe | Hébreu | Runique | Cyrillique | Russe | Serbo-croate | Vallée de l'Indus | Kharoshthi | Brahmi | Birman, khmer, lao, thaï | Indonésien | Orkhon | Mongol | Dongba | Transcription

Ecriture gotique



La langue gotique (à ne pas confondre avec l'écriture gothique) a été la langue des Gots, parmi lesquels on distingue les Ostrogots (Gots de l'Est) et les Wisigots (Gots de l'Ouest). Les Gots étaient des peuplades germaniques, originaires du Nord de l'Allemagne, mais qui se sont dispersés dans différentes régions d'Europe au temps des grandes migrations. Les derniers Gots étaient établis en Crimée jusqu'au XVIe siècle.

voirEcriture gothique

Le gotique est une langue germanique. Parmi les langues germaniques, on distingue trois branches : le westique (d'où sont issus entre autres l'allemand et l'anglais), le nordique (d'où sont issues les langues scandinaves) et l'ostique, dont le gotique est le seul témoignage consistant.

Le gotique est attesté essentiellement par un document, une traduction de la Bible réalisée par l'évêque Wulfila au IVe siècle. Il en subsiste plusieurs manuscrits, dont le plus important est le Codex argenteus. Des 336 feuilles qu'il contenait, seulement 187 sont conservées. Les autres documents en gotique sont très fragmentaires. Le dernier témoignage qu'on en ait est une liste de noms recueillie en Crimée au XVIe siècle.

La langue gotique s'est éteinte, mais elle présente, pour qui étudie l'histoire des langues germaniques, un intérêt décisif : c'est la langue germanique la plus ancienne qui soit attestée autrement que par des inscriptions courtes et lacunaires (les inscriptions runiques) et elle est de quelque quatre siècles antérieure aux premiers textes allemands ou anglais. Comme écrivait Mossé (1969 : 9) dans la préface de son manuel :

comment être vraiment germaniste si l'on n'a pas examiné d'un peu près ce dialecte, clé de toutes les autres langues germaniques ? Grâce à son caractère archaïque, à la plénitude de ses formes, à la netteté de sa phonétique, le gotique fournit le point de comparaison idéal qui permet de comprendre toute l'évolution ultérieure.

voirEcriture runique


Codex argenteus

Le Codex argenteus est de deux siècles postérieur à la traduction de Wulfila elle-même. Il est conservé à la bibliothèque de l'université d'Uppsala en Suède. C'est un manuscrit somptueux, sur parchemin pourpre, écrit à l'encre d'argent et d'or. Sur le site de la bibliothèque, on peut consulter :

– une présentation succincte du manuscrit :
http://www.ub.uu.se/en/Collections/Manuscript-Collections/Silver-Bible/ ;
– l'édition en facsimilé du manuscrit réalisée en 1927 (reproductions photographiques de l'ensemble des feuilles conservées) :
http://app.ub.uu.se/arv/codex/faksimiledition/contents.html.

Une autre feuille du même manuscrit a été découverte par hasard en 1970 lors de travaux de rénovation de la cathédrale de Speyer (Allemagne). Une reproduction en est visible en ligne :
http://www.museum.speyer.de/English/Permanent_exhibitions/Domschatz_Cathedral_Treasure_/Ulfilas-Blatt_The_Ulfilas_Page_.htm.


Alphabet gotique

L'alphabet gotique a été créé par Wulfila pour sa traduction de la Bible. Il ne s'agit pas d'une création ex nihilo. Les spécialistes considèrent que l'onciale grecque est à la base de cet alphabet. L'influence éventuelle de lettres latines ou de runes est controversée (voir Braune & Ebbinghaus 1973 : 13).

voirOnciale grecque

Dans le tableau ci-dessous sont indiquées la transcription en caractères latins des lettres à valeur phonographique et la valeur numérique. Le signe correspondant à 9 a parfois été transcrit th et celui correspondant à 700 hv.

gotique


Références bibliographiques et ressources en ligne

Braune, Wilhelm & Ebbinghaus, Ernst A., 1973. Gotische Grammatik. 18e édition. Tübingen : Niemeyer. Sammlung kurzer Grammatiken germanischer Dialekte. [Une nouvelle édition, la 20e, de la grammaire de Braune est parue en 2003.]

Mossé, Fernand, 1969. Manuel de langue gotique. Paris : Aubier-Montaigne. Bibliothèque de philologie germanique II. 1ère édition 1942.

Streitberg, Wilhelm, 1920. Gotisches Elementarbuch. 5e et 6e édition. Heidelberg : Carl Winter. Document en ligne, consulté le 2008-12-30 [ne contient pas la partie consacrée à la syntaxe]. http://www.wulfila.be/lib/streitberg/1920/.

– Texte de la Bible de Wulfila (sur la base de l'édition de Streitberg de 1919). Document en ligne sur le site du projet Wulfila (université d'Anvers) :
http://www.wulfila.be/gothic/text/derived/gotica.html.

– Liste des caractères gotiques définis dans le standard Unicode :
http://www.unicode.org/charts/PDF/U10330.pdf.

– Polices Unicode en téléchargement libre et gratuit qui contiennent les caractères gotiques :
     Analecta : http://users.teilar.gr/~g1951d/ ;
    Vulcanius : http://www.keidan.it/typo/fonts/vulc/index.html ;
    MPH 2B Damase : http://www.alanwood.net/downloads/index.html ;
    Code 2001 : http://www.fontspace.com/james-kass/code2001.


© Jacques Poitou 2009.