Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Censure | Lexique | Jeux
Numérique, multimédia, hypertexte | Partage et diffusion par Internet | Plagiat | ASCII, Unicode | Traitement de texte | Traitement de la voix | Types de textes numériques

Réseaux : du minitel à Internet


Avant Internet : le minitel

Avant Internet, le minitel, en France (à partir de 1982), a connu un grand succès (d'abord avec l'annuaire électronique, puis avec des offres diverses y compris commerciales). On en comptait 14 millions d'utilisateurs en 1998. Le succès du minitel en France (à la différence de services équivalents dans d'autres pays européens, en Allemagne p. ex.) a été l'une des causes d'un certain retard de la France dans l'utilisation d'Internet. – Arrêt définitif du minitel en 2012.

Encore en 1999, l'enregistrement des résultats de bac se faisait – au moins dans certains établissements – par minitel... En 2002, les résultats des concours de recrutement de l'enseignement secondaire (Capes et agrégation) ont été pour la première fois accessibles par Internet, mais des problèmes techniques ont vite entraîné l'arrêt du service. Retour au bon vieux minitel. En 2003, le service a été enfin opérationnel. Changement d'époque : en 2007, les résultats de l'agrégation d'allemand étaient disponibles sur Internet avant que le président du jury les proclame solennellement de vive voix.


Internet

Les premiers réseaux remontent à 1969 (voir Guédon 2000 sur l'histoire des réseaux), mais Internet tel qu'il fonctionne actuellement date de la dernière décennie du XXe siècle. Son développement a été conditionné et favorisé :

– par l'élaboration de normes de codage (HTML, XML, etc.). Elles permettent l'accès aux documents stockés sur des ordinateurs différents (appelés "serveurs") à partir d'ordinateurs fonctionnant avec des systèmes d'exploitation différents.

– par l'apparition des navigateurs à interface graphique. Le pionnier a été Netscape, rapidement concurrencé et détrôné par Internet Explorer, lui-même concurrencé à son tour par Firefox. Ces navigateurs permettent la navigation sur Internet selon des principes analogues à ceux qui ont favorisé la diffusion, dix ans auparavant, du traitement de texte : interface graphique et utilisation de la souris.

– par l'émergence de logiciels de création de pages web, utilisables sans que l'utilisateur ait à connaître et encore moins à écrire le code HTML. Créer une page web (rudimentaire) avec un logiciel dédié est aussi simple que produire un texte avec un logiciel de traitement de texte. Mais une connaissance même basique du code est parfois bien utile.

voirFormat d'une page web

– par la baisse des prix des connexions Internet et par des connexions de plus en plus rapides, elles-mêmes stimulées par l'ouverture du marché des fournisseurs d'accès à d'autres entreprises que les opérateurs historiques (comme France Telecom) : offres forfaitaires pour un certain nombre d'heures par mois avec un modem classique, puis chute des prix sur les offres haut débit (à partir de fin 2002 en France). En 1996, les modems standard permettaient un débit maximal de 5 ko par seconde ; en 2004, les connexions ADSL les plus rapides (pour les particuliers) permettaient un débit de plus de 400 ko par seconde ; et depuis, le déploiement de la fibre optique permet une augmentation considérable de la vitesse de connexion.

Internet est un réseau qui fonctionne sans centre. C'est là, d'ailleurs, l'un des principes qui a présidé aux recherches sur les réseaux dans les années soixante, spécialement dans le domaine militaire : si toutes les communications militaires convergent vers et partent d'un même centre de commandement, il suffit que ce centre soit détruit, par exemple par une bombe atomique, pour que l'ensemble du réseau soit mis hors service. D'où les recherches effectuées aux USA pour constituer un réseau qui continuerait à fonctionner même si certains de ses maillons étaient détruits. A l'heure actuelle, cette structure du réseau explique aussi les difficultés que rencontrent ceux (Etats ou particuliers) qui veulent limiter l'utilisation d'Internet – ou au moins l'accès à certains sites.


Surveillance et censure

voirPage spéciale : censure sur Internet


Partage et diffusion

voirPage spéciale : partage et diffusion
voirPage spéciale : plagiat


Références bibliographiques

Guédon, Jean-Claude, 2000. La force de l'intelligence distribuée. La Recherche 2000, 328 : 16-22.

La Recherche 328 (2000). Numéro consacré à Internet.

Peignot, Gabriel, 1832. Essai historique sur la liberté d'écrire [...] et sur les moyens de répression dont ces libertés ont été l'objet dans tous les temps. Paris : Crapelet. Document en ligne sur le site de la BnF, consulté le 2010-09-27.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k71890n.

[Rousseau, Jean-Jacques], 1750. Discours qui a remporté le prix de l’Académie de Dijon […] par un Citoyen de Genève. Genève : Barillot. Document en ligne sur le site de la BnF, consulté le 2010-09-24.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k83789v.


© Jacques Poitou 2017.