Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Censure | Lexique
Acrostiche | Noms à double lecture | Rébus | Le texte comme image | Verlan, largonji, loucherbem, javanais

Textes cachés : contrepèteries



Le TLFi donne la définition suivante de contrepèterie : "Permutation de sons, lettres ou syllabes dans un énoncé de manière à obtenir un autre énoncé de sens cocasse et souvent obscène."

La contrepèterie est un texte à double lecture : sous le texte se cache un second texte, qui peut être obtenu par permutation de consonnes, de voyelles ou de syllabes entières. Le sens caché relève le plus souvent de la grivoiserie, de la paillardise ou de l'insolence vis-à-vis de l'autorité.

Mais, dit Tabourot (1595 : 71), "Il ne se faut pas scandaliser s'ils sont vn peu naturalistes : car ie ne scay comme il aduient qu'ordinairement & plus volontiers on se ruë sur ceste matière, que sur vn autre, & y rencontre l'on plus plaisamment. Comme,

En faisant boutons,
En baisant, &c.

Certains mots se prêtent particulièrement bien à la contrepèterie du fait de leur ressemblance avec quelque mot grivois. En voici quelques-uns (les segments à permuter sont indiqués en gras) : mine, Chine, malus, berge, Serge, fouilles, et beaucoup d'autres indiqués par Martin (2005) qui pose la question (p. 5) : "le malheureux soupçonne-t-il seulement que la magie du contrepet transforme un boycott en un beau coït ?"

Exemple : Votre compère a l'air d'un saint. (Votre Saint-Père a l'air d'un con.)

Autres exemples (extraits de Martin 2005) :
Les étudiantes dégustent les pains de leurs copines.
La Chine se dresse devant les Nippons.
Les laboureurs caressent les cous de leurs bœufs.
Ma femme secoue les mites de mes habits.
etc. etc.

Le procédé est ancien. Il est attesté chez Rabelais, dans deux passages de Pantagruel :

[Détail de ce que Panurge a dans ses poches.] En l'aultre deux, ou troys mirouers ardants, dont il faisoit enrager aulcunesfois les hõmes, & les femmes, & leur faisoit perdre contenance à l'esglise, car il disoit, qu'il n'y auoit qu'ung antistrophe entre femme folle à la messe, & femme molle à la fesse. (Rabelais 1542 : 114)

[Propos tenu par Panurge à une dame dont il est amoureux.] Mais (dist il) equiuocquez sur A beau mont le uiconte. Ie ne scauroys, dist elle. C'est (dist il) à beau con le uit monte. (Rabelais 1542 : 147 ; ch. xix)


L'album de la comtesse

Depuis 1951, le Canard Enchaîné publie des petits textes anodins de l'album de la comtesse M. de la F. – autant de contrepèteries. Les textes ont été successivement produits par différents auteurs présentés comme secrétaires de ladite comtesse.

Voici quelques extraits de l'album de la comtesse.

comtesse

Quel bonheur pour la princesse que la dotation du roi !
Mon oncle perd courage devant les amas de patentes.
Ces parasites me brouillent l'écoute.
Quelle femme résiste à l'appel de Claudine ?
Je n'ai pas de rebord à mes épaulettes.
La queen a horreur des gueux.


Références bibliographiques

Comtesse M. de la F., 1973. L' Album de la Comtesse. Paris : Le livre de poche. 1ère édition 1967 (J.-J. Pauvert).

Martin, Joël, 2005. La contrepèterie. Paris : PUF. Collection Que sais-je ?

[Rabelais, François], 1542. Pantagruel, roi des Dispodes [...]. Lyon : Estienne Dolet. Document en ligne sur le site de la BnF, consulté le 2008-12-15.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k792829.

[Tabourot, Etienne], 1595. Les Bigarrures du seigneur des Accords. Livre premier. Paris : Claude de Montr'œil & Iean Richer. Document en ligne sur le site de l'université de Tours, consulté le 2009-05-15.
http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/index.asp?numfiche=276&numtable=B861946101_DM50_1.


© Jacques Poitou 2017.