Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Censure | Lexique | Jeux
a | q | Latin | Pseudo-latin | Capitale romaine | Quadrata | Onciale | Gothique | Ecritures manuscrites | Ecritures rapides | Notes tironiennes | Sténographie | Orthographe | Vietnamien | Turc | Allemand | Tchèque | Serbo-croate | Ouzbek | Hongrois

Ecriture latine : genèse et évolutions



Dans ses premières attestations (VIIe s. avant notre ère), l'alphabet latin était constitué de 20 lettres :

old-latin

lapis Une des plus anciennes inscriptions latines est un fragment d'une stèle (lapis niger) découverte en 1899 à Roma (Rome), au Forum romanum. On la date du Ve ou du VIe s. avant notre ère.

Source : Steffens (1910, pl. 1), avec commentaire paléographique.

Cet alphabet est issu d'un alphabet grec occidental, mais les spécialistes s'accordent maintenant pour considérer que cet emprunt s'est fait par l'intermédiaire des Etrusques. L'argument principal est le suivant : si les Latins avaient emprunté directement l'alphabet aux Grecs, ils auraient disposé de graphèmes pour distinguer les occlusives vélaires sonore [g] et sourde [k] ; le fait que dans les premières inscriptions, ces deux valeurs soient représentées par <C> semble indiquer que leur modèle n'était pas l'alphabet grec, mais l'alphabet étrusque, dans lequel ces deux valeurs ne sont pas distinguées.

voirEcriture étrusque

Cet alphabet est augmenté au IIIe siècle avant notre ère de G, obtenu par l'adjonction d'un trait à C, puis au Ier siècle avant notre ère de Y et Z, utilisés pour la transcription du grec. A l'époque romaine, l'alphabet latin avait donc 23 lettres. W a été ajouté au Moyen Age pour l'écriture de mots d'origine germanique. J et U ont été introduits à partir du XVIe siècle pour assurer la distinction entre [i] <I> et [ʒ] <J> et entre [y] <U> et [v] <V>.

– Voir les analyses de Touratier sur le fonctionnement de cet alphabet du point de vue graphique et graphématique.

voirAnatomie, fonctionnement et symbolique de la lettre A
voirAnatomie, nom et fonctionnement de la lettre Q

voirPrononciation du latin


Diffusion de l'alphabet latin

Du fait de la puissance de l'empire Romain d'abord et du rôle de l'Occident ensuite, l'alphabet latin a connu une grande diffusion, en Europe d'abord et dans beaucoup de régions du monde où l'Europe a exercé son influence, voire sa domination. Utilisé d'abord pour une grande partie des langues indo-européennes, il a aussi remplacé – entre autres – l'alphabet arabe pour le turc et les caractères chinois pour le vietnamien.

voirEcriture du turc
voirEcriture du vietnamien
voirCaractères chinois
voirPinyin

Dans le monde d'aujourd'hui, l'écriture latine n'est utilisée pour l'écriture de la langue maternelle que par une minorité de gens (de l'ordre d'un tiers), mais aucune autre écriture ne l'est plus qu'elle, et surtout, l'écriture latine est celle des communications internationales, que ce soit du fait de la prédominance de l'anglais ou du fonctionnement de l'informatique.


Evolution des écritures latines

Deux types d'écriture coexistent très tôt, notamment :

– une écriture dont le représentant le plus achevé est la capitale monumentale, gravée dans la pierre ou dans des matériaux durs, mais utilisée aussi dans des manuscrits ;
– une écriture cursive, avec des variantes plus ou moins soignées, et dont est issue, après différentes transformations, la minuscule caroline au IXe siècle.

voirCapitale monumentale
voirEcriture cursive
voirMinuscule caroline

Ces deux types d'écriture, qui correspondaient initialement à des utilisations différentes et à des supports différents, sont à l'origine des caractères actuels (majuscules et minuscules, capitales et bas-de-casse).

voirMajuscules et minuscules

Ci-dessous la généalogie des écritures latines établie par Catich (1968 : 157) – selon Catich, c'est une écriture à la brosse qui a servi de modèle aux capitales lapidaires.

catich


Ecritures latines présentées sur ce site

Ecritures anciennes

voirCapitale monumentale
voirQuadrata
voirRustica
voirAncienne écriture cursive
voirOnciale
voirNouvelle écriture cursive
voirMinuscule caroline

– Pour plus de précisions sur les différentes écritures latines écrites sur papyrus, sur parchemin, sur papier, voir Steffens, Franz, 1910. Outre une description des différentes écritures (y compris des abréviations utilisées), cet ouvrage comporte 125 planches de reproductions.

Ecritures latines postérieures

voirEcritures gothiques
voirEcritures d'imprimerie
voirEcritures manuscrites

Utilisation de l'écriture latine pour certaines langues

voirAllemand   voirChinois   voirFrançais   voirTchèque   voirTurc   voirOuzbek   voirVietnamien


Références bibliographiques

Bloch, Raymond, 2005. Etrusques et Romains. in : Cohen, Marcel & Peignot, Jérôme, 2005. Histoire et art de l'écriture. Paris : Laffont, 635-649. Collection Bouquins.

Bonfante, Larissa, 1997. The Scripts in Italy. in : Daniels, Peter T. & Bright, William (eds.), 1996. The World's Writing Systems. New York/Oxford : Oxford University Press, 297-311.

Catich, Edward M., 1968. The Origin of the Serif. Brush Writing & Roman Letters. Davenport, Iowa : Catfish Press.

Février, James G., 1959. Histoire de l'écriture. 2e édition. Paris : Payot. 1ère édition 1948.

Higounet, Charles, 2003. L'écriture. 11e édition. Paris : PUF. Que sais-je ? 653. 1ère édition : 1955.

Knight, Stan, 1996. The Roman Alphabet. in : Daniels, Peter T. & Bright, William (eds.), 1996. The World's Writing Systems. New York/Oxford : Oxford University Press, 312-332.

Marichal, Robert, 2005. L'écriture latine et la civilisation occidentale du Ier au XVIe siècle. in : Cohen, Marcel & Peignot, Jérôme, 2005. Histoire et art de l'écriture. Paris : Laffont, 650-700. Collection Bouquins.

Steffens, Franz, 1910. Paléographie latine. Trèves : Schaar & Dathe, Paris : Champion. Document en ligne, consultés le 2008-12-21.
– sur le site de l'université de Fribourg, Suisse : http://www.paleography.unifr.ch/steffens_fr/ ;
– sur le site de la Direzione Generale per gli Archivi, Roma :
http://www.icar.beniculturali.it/biblio/_view_volume.asp?ID_VOLUME=51.

Touratier, Christian, s.d. L'alphabet latin, essai de graphématique. Document en ligne sur le site du centre Alfred Ernout (CNRS), consulté le 2009-06-09.
http://www.linguistique-latine.org/pdf/epigraphie/Fonctionnement%20_2_.pdf (lien caduc).

Touratier, Christian, s.d. L'alphabet latin, sémiologie et fonctionnement des lettres. Document en ligne sur le site du centre Alfred Ernout (CNRS), consulté le 2014-01-02.
http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf/Semiologie_fonctionnement__graphematique-2.pdf.


© Jacques Poitou 2017.