Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Jeux | Lexique
Censure : Madame Anastasie | Ancien régime | Guerre d'Algérie | Censure sur Internet
Censure en France aujourd'hui : Législation | Gubler | Exposition à la BnF | "Casse-toi, pôv con" | Réguler Internet ? | WikiLeaks | ENS | "génocide arménien" | Affaire Merah | "Radio Londres" | Caricatures de Mahomet | Wikipedia (M. Valls) | Wikipedia (DCRI) | Blogueuse condamnée

2011 : Censure à l'Ecole normale supérieure



N.B. En aucun cas, la mention des propos ou textes mentionnés ne peut signifier un jugement – positif ou négatif – de l'auteur de ces pages sur lesdits propos pas plus que sur les réactions qu'ils ont sucitées.

Le 18 janvier 2011 est programmée à l'Ecole normale supérieure (rue d'Ulm) une réunion-débat avec Stéphane Hessel (haut fonctionnaire, ancien ambassadeur et militant des droits de l'homme), Benoît Hurel (secrétaire général adjoint du Syndicat de la magistrature), Leila Shahid (déléguée générale de l'Autorité palestinienne auprès de l'Union européenne), Michel Warschawski (militant pacifiste israélien) et Elisabeth Guigou (ancienne Garde des sceaux), sur la question du boycott des produits israéliens.

Le 10 janvier, la directrice de l'Ecole normale supérieure, Monique Canto-Sperber, décide d'annuler la réunion.

Le 13 janvier, le président du Conseil représentatif des institutions juives (CRIF), Richard Prasquier, se réjouit de cette annulation et félicite ceux qui, d'après lui, y ont contribué : la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, etc. – ces deux derniers démentent par la suite être intervenus à ce sujet.

Dans un communiqué publié le 18 janvier, la directrice de l'ENS, Monique Canto-Sperber, précise les raisons de l'annulation : une réservation de salle erronée et des questions de sécurité des personnes et des locaux, et elle indique que cette annulation "a été décidée indépendamment des démarches entreprises par le Président du CRIF auprès de plusieurs personnalités".

Cette interdiction suscite de nombreuses protestations en France et à l'étranger : protestation de sept professeurs et anciens élèves de l'ENS (Libération, 18 janvier), protestation de différentes organisations présentes à l'ENS et signée de cinquante-quatre élèves et anciens élèves (Mediapart, 11 mars) et enfin – et surtout – protestation de cent soixante chercheurs de renom du monde anglo-saxon (Le Monde, 22 mars). En voici le texte :

A petition to Monique Canto-Sperber, directrice, Ecole normale supérieure, Paris.

We, the undersigned U.S., Canadian and British academics, many of us with long connections to France, and who have long admired the historic role of the Ecole Normale supérieure in the critical and intellectual life of the country, are dismayed at recent events at the school. The actions of the Director, Monique Canto-Sperber, first banning a talk by Stéphane Hessel and then refusing to allow the Collectif Palestine ENS to hold a meeting on campus, is a denial of the rights of freedom of expression and freedom of assembly. Hessel is 93, a former ENS student, member of the Resistance, survivor of Buchenwald, one of the authors of the UN Declaration of Human Rights and of the recent best-selling Indignezvous !/Time for Outrage, in which he (among other things) criticizes Israel's treatment of Palestinians.

We are not persuaded by the reasoning of the Director or of the Conseil d'Etat, that these meetings constitute a threat to public order or that they exceed the responsibility of the ENS to guarantee all students' rights to speech and assembly.

The action of the Director is an exception to the school's customary toleration of political action by students and it is a recurring exception, aimed at silencing one side in a needed debate about the Israel/Palestine conflict. We believe that the Director's action contravenes a long history of free speech and political expression at the ENS as described in its own publicity : "For decades, the ENS has been the most prestigious site of French intellectual and scientific life. It participated in all the great intellectual debates of modern France, from the Dreyfus Affair to the movements of the 1930's, and from the foundation of the human sciences to the avant-garde movements of the 1970's."

We call upon the Director to reverse her decision and to restore academic freedom, a practice long associated with this distinguished institution.

Source : http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/03/22/normale-sup-le-gratin-de-la-recherche-mondiale-consterne-par-monique-canto-sperber/, consulté le 2012-07-10.


© Jacques Poitou 2017.