Jacques Poitou
Accueil
Plan du site
Langages | Ecritures | Ecritures latines | Ecriture chinoise | Numérique | Cryptographie | Typographie | Reproduction et transmission | Jeux | Lexique
Censure : Madame Anastasie | Ancien régime | Guerre d'Algérie | Censure sur Internet
Censure en France aujourd'hui : Législation | Gubler | Exposition à la BnF | "Casse-toi, pôv con" | Réguler Internet ? | WikiLeaks | ENS | "génocide arménien" | Affaire Merah | "Radio Londres" | Caricatures de Mahomet | Wikipedia (M. Valls) | Wikipedia (DCRI) | Blogueuse condamnée | Maurras

2017-2018 : projet de publication des pamphlets de Céline – censure ? autocensure ?



En 1932, Louis Destouches, qui prend le nom de plume de Céline, publie un premier roman, Voyage au bout de la nuit, suivi deux ans plus tard, d'un deuxième, Mort à crédit. Puis vient le temps des pamphlets : Mea Culpa (1936), consacré à l'URSS, puis Bagatelles pour un massacre (1937, réédité pendant l'Occupation), L'Ecole des cadavres (1938, réédité pendant l'Occupation), Les Beaux Draps (1941). Trois textes imprégnés de l'antisémitisme radical que Céline revendique et auquel son style donne toute sa virulence.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Céline interdit la réédition de ces œuvres, sans se distancer par rapport à leur contenu. Interdiction maintenue, après sa mort (1961), par sa femme, Lucette Destouches, et son avocat, François Gibault.

Cependant, en 2012, une édition critique des pamphlets, Ecrits polémiques, est publiée au Canada : en vertu de la législation canadienne, les œuvres d'un auteur tombent dans le domaine public cinquante ans après sa mort (contre soixante-dix ans en France).

Outre l'édition canadienne, les trois textes sont accessibles aux lecteurs français sous plusieurs formes :

– des exemplaires des éditions anciennes en vente chez les marchands de livres d'occasion ;
– des facsimilés des éditions anciennes ;
– des versions numériques aisément accessibles sur Internet ;
– les exemplaires conservés dans quelques grandes bibliothèques (consultables à la BnF sous forme de microfilms ou microfiches).

Début décembre 2017, on apprend que Lucette Destouches (105 ans) ayant levé l'interdiction de publication, les éditions Gallimard en préparent une édition critique, annoncée dans un premier temps pour le printemps 2018.

Le 12 décembre, Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine-LGBT (délégation qui dépend du Premier ministre), écrit à Antoine Gallimard pour lui faire part des "inquiétudes" exprimées quant à ce projet d'édition et ajoute :

Afin de lever les inquiétudes que fait naître à cet égard le calendrier serré annoncé, je vous serais très reconnaissant de bien vouloir m'éclairer sur les conditions d'élaboration de cette édition critique et sur les mesures prises pour en garantir la scientificité et la pluridisciplinarité.
    https://www.actualitte.com/article/monde-edition/pamphlets-antisemites-de-celine-le-gouvernement-ecrit-a-gallimard/86333, consulté le 2018-01-12

S'ensuit le 19 décembre une réunion entre Frédéric Potier, Antoine Gallimard et Pierre Assouline (prévu pour préfacer l'ouvrage).

Dans des propos cités par L'Express, Frédéric Potier précise :

Il ne s'agit en aucun cas de s'ériger en censeur, mais uniquement de s'assurer que cette édition offrira toutes les garanties nécessaires. […]. Nous avons été alertés ces derniers jours par des associations comme le Crif ou la Licra, qui nous ont rappelé que ces pamphlets étaient des textes de haine. […] Nous agissons en l'occurrence comme un lanceur d'alerte.
    https://www.lexpress.fr/culture/reedition-des-pamphlets-antisemites-de-celine-le-gouvernement-veut-des-garanties_1968866.html, consulté le 2018-01-12.

Parmi les nombreuses prises de position sur cette affaire, mentionnons celles, vives, d'associations qui demandent l'interdiction de cette publication, celle, favorable à la publication, d'Edouard Philippe, Premier ministre, et celle d'Emmanuel Macron, président de la République, qui, lors du dîner du CRIF, laisse entendre qu'il n'est pas favorable à la publication.

Le 9 janvier, Antoine Gallimard réagit :

Il n'y a aucune raison de ne pas publier ces livres, il y a bien pire. Les livres bien pires ce sont les livres insidieux, dans lesquels il y a un antisémitisme rampant, qui ne dit pas son nom. […] On n'a pas à pousser les éditeurs à s'autocensurer.
    http://www.lefigaro.fr/livres/2018/01/10/03005-20180110ARTFIG00133-pamphlets-de-celineantoine-gallimard-denonce-un-proces-d-intention.php, consulté le 2018-01-12.

Mais le 11 janvier, il annonce qu'il suspend la préparation de l'édition critique des écrits polémiques :

Au nom de ma liberté d'éditeur et de ma sensibilité à mon époque, je suspends ce projet, jugeant que les conditions méthodologiques et mémorielles ne sont pas réunies pour l'envisager sereinement.
    https://www.lexpress.fr/actualite/pourquoi-gallimard-recule-sur-les-pamphlets-de-celine_1975326.html, consulté le 2018-01-12.
    http://www.lefigaro.fr/livres/2018/01/11/03005-20180111ARTFIG00166-gallimard-suspend-son-projet-de-publication-des-pamphlets-antisemites-de-celine.php, consulté le 2018-01-12.


© Jacques Poitou 2018.