Berlin de Berlin à Berlin (1969-2014)
Plan & photos Histoire Ecrivains Divers

Transports en commun à Berlin : S-Bahn, U-Bahn, Bus, Tram 
Jusqu'en 1945

Les premiers moyens de transport publics furent, à la fin du XVIIe siècle, les chaises à porteur, puis, à partir du XVIIIe siècle, les fiacres et les calèches.

A partir de 1825 apparurent les voitures à chevaux baptisées Omnibusse, d'abord pour les transports en dehors de la ville, mais bientôt aussi dans la ville même. A la différence des fiacres et des calèches, les Omnibusse pouvaient transporter un plus grand nombre de voyageurs (d'où leur nom : latin omnibus = pour tous)

Mais il apparut rapidement nécessaire de développer les transports publics à l'intérieur de la ville, d'abord du fait de son extension, rapide surtout à partir de 1871, et aussi du fait de l'apparition des lignes ferroviaires.

Les trains de grandes lignes

La première ligne ferroviaire (avec des locomotives à vapeur) fut inaugurée en 1838, elle reliait Berlin à Potsdam. Elle fut bientôt suivie d'autres lignes, toutes indépendantes, dont chacune s'arrêtait à Berlin dans une gare terminale spécifique : la gare de Potsdam (Potsdamer Bahnhof), la gare d'Anhalt (Anhalter Bahnhof), la gare de Silésie (Schlesischer Bahnhof), la gare de Stettin (Stettiner Bahnhof), etc.

anhalter bhfpotsdamer bhf
Ci-dessus : Anhalter Bahnhof, Potsdamer Bahnhof (à l'arrière plan).
Cliquez sur les vignettes pour voir les images en grand.

Omnibus, tramways, trolleybus

En 1847, les premiers bus à chevaux (Pferdeomnibusse) circulèrent à l'intérieur de Berlin. Leur nombre s'accrut rapidement et les différentes entreprises qui les géraient fusionnèrent en 1868.

En 1865 fut inauguré le premier tramway à chevaux (Pferde-Eisenbahn, bientôt rebaptisé Straßenbahn), de Charlottenburg à la porte de Brandebourg. D'autres lignes furent créées dans les années suiavntes : à la fin du XIXe siècle, il y avait 45 lignes de tramways.

De 1881 à 1902, les tramways à chevaux furent remplacés en ville par des tramways électriques (appelés encore longtemps après Elektrische).

En 1933 apparurent aussi quelques trolleybus (Obus) – jusqu'en 1965 à l'Ouest et 1973 à l'Est.

S-Bahn

A côté des bus et des tramways, on créa aussi progressivement un réseau ferroviaire urbain avec d'abord un chemin de fer de ceinture (Ringbahn – 1851-1875), une ligne est-ouest reliant Charlottenburg à la gare de Silésie et qu'on appela Stadtbahn (1882) et des lignes de banlieue (Vorortbahnen) qui partaient des gares desservies par le Ringbahn et le Stadtbahn. Ainsi se développa le réseau de l'actuel S-Bahn (Schnell-Stadtbahn), qui relevait de l'administration des chemins de fer (la Deutsche Reichsbahn – DR – à partir de 1920). A partir du début du XXe siècle, le réseau fut progressivement électrifié.

Métro

A ces moyens de transport s'ajouta, à partir de 1896, le métro (Hoch- und Untergrundbahn), constitué de tronçons souterrains (Untergrundbahn) et de lignes aériennes (Hochbahn). On l'appela bientôt simplement U-Bahn. Il comprenait, en 1939, 80 kilomètres de lignes.

La gestion des réseaux de bus, tramways et métro fut unifiée dans une seule compagnie, la BVG (Berliner Verkehrs-Aktiengesellschaft).

Iconographie : moyens de transport avant la Première Guerre mondiale

Dix reproductions de moyens de transport en commun à Berlin de 1830 à 1919. Ces reproductions figurent sur une série de bons de 2 Reichsmark émis par la mairie de Berlin en 1922 pour le transport en tramway.

Cliquez sur la vignette pour voir les images en grand.


Guerre et division

Fin avril 1945, les bombardements et les derniers combats provoquèrent l'arrêt des transports en commun. Le 2 mai 1945, le jour même où était signée la capitulation de la garnison de Berlin, les SS, en conformité avec l'ordre de Hitler de détruire tous les équipements industriels et économiques susceptibles d'être pris par l'ennemi, firent sauter le tunnel nord-sud du S-Bahn au niveau du Landwehrkanal, ce qui entraîna l'inondation des lignes souterraines de S-Bahn et de U-Bahn dans le centre de la ville et provoqua – incidemment – la mort des civils qui s'y étaient réfugiés.

Après la fin des combats à Berlin, dans le cadre de la remise en marche de la ville sous l'autorité du général Berzarin (Berzarine), les transports en commun furent rapidement remis en service sur quelques tronçons : dès le 14 mai, le métro circulait à nouveau entre quelques stations, le 24 mai les premiers tramways et le 6 juin, le S-Bahn fonctionnait entre Schöneberg et Wannsee. Dans les mois qui suivirent, l'ensemble du réseau fut progressivement rétabli. Voir le plan des tronçons en service du métro à la date du 12 juin 1945.

La division administrative de la ville entraîna la division des transports : pour les bus, les tramways et le métro, il y eut deux administrations – deux BVG, l'une à l'Ouest, l'autre à l'Est. Le réseau du S-Bahn relevait, lui, dans les deux parties de la ville, de la Deutsche Reichsbahn et donc de la RDA. Jusqu'au 13 août 1961, U-Bahn et S-Bahn circulaient entre l'Est et l'Ouest.

La fermeture de la frontière entre les deux parties de Berlin le 13 août 1961 entraîna la division immédiate des réseaux de S-Bahn et de U-Bahn, ce qui nécessita quelques aménagements particuliers. Voir p. ex. le cas particulier du tronçon entre Bornholmer Straße et Schönholz (Wollankstraße).

S-Bahn

– la ligne est-ouest (Stadtbahn) fut coupée à la gare-frontière de Friedrichstraße : d'un quai, inaccessible aux Berlinois de l'Est, les trains venant de l'ouest, d'un autre quai, les trains allant vers l'est, entre les deux, un mur ;
– la ligne nord-sud (Nord-Süd-Bahn) resta utilisée exclusivement par les gens de l'Ouest ; dans le secteur oriental, elle ne s'arrêtait qu'à la gare-frontière de Friedrichstraße ; les autres gares (Oranienburger Straße, Unter den Linden, Potsdamer Platz, etc.) étaient ce qu'on appelait des gares mortes (tote Bahnhöfe), obscures, et que le S-Bahn traversait sans s'arrêter.

On peut voir les effets de la coupure de Berlin sur le réseau du S-Bahn en comparant les plans du S-Bahn de 1960 et de 1966. Ils sont téléchargeables sur le site de Ralf Müller :

http://www.schmalspurbahn.de/netze/Netz_1960_klein.gif
http://www.schmalspurbahn.de/netze/Netz_1966_klein.gif

U-Bahn

– deux lignes reliant le nord de Berlin-Ouest (Wedding) au sud (Kreuzberg) et traversant le secteur oriental continuèrent à être utilisées par l'Ouest ; la première s'arrêtait à la gare de Friedrichstraße, la seconde traversait Berlin-Est en passant par l'Alexanderplatz sans s'arrêter.

Comparez les plans du métro de 1961 (avant le 13 août) et en 1971 (le premier plan est fait par l'Est, le second par l'Ouest)

http://www.schmalspurbahn.de/netze/Netz_1960BVB_klein.gif
http://www.schmalspurbahn.de/netze/Netz_1971BVG_klein.gif

A l'Ouest, le S-Bahn, toujours géré par la RDA, fut massivement boycotté par les gens et le trafic chuta : de plus de 500 000 passagers par jour avant 1961, il était tombé à 70 000 en 1979, et suite à la fermeture de plusieurs lignes à moins de 10 000 en 1983. Pour le concurrencer, on développa par contre le réseau de métro.

A l'Ouest, donc, le S-Bahn n'était plus rentable et son trafic de plus en plus réduit, il n'était plus entretenu et se délabrait de plus en plus. En 1984, la Reichsbahn en céda la gestion aux autorités occidentales. Le S-Bahn dépendit alors de la BVG.


Réunification

A partir du 1er juillet 1990, après la chute du mur, les liaisons anciennes de S-Bahn et de U-Bahn furent rétablies dans tout le réseau, aussi bien entre l'Est et l'Ouest qu'entre Berlin-Ouest et les villes avoisinantes comme Potsdam. Dans le même temps, on s'attaqua progressivement à la rénovation des gares et des voies, qui en avaient bien besoin, et on remit aussi en circulation la ligne de ceinture (Ringbahn), terminée en 2002.

Tous les moyens de transport en commun furent intégrés dans le cadre d'une planification globale : bus, S-Bahn, métro et tramway. A l'Ouest, la dernière ligne de tramway avait été fermée en 1967, mais à partir de 1995, on en recréa de nouvelles.

On décida aussi la construction d'une nouvelle ligne de métro pour relier la nouvelle gare centrale (Lehrter Bahnhof) à l'Alexanderplatz – ligne immédiatement baptisée Kanzler-U-Bahn (la ligne du chancelier). Mais faute de financement, les travaux n'avancèrent que lentement et ne sont à l'heure actuelle (2011) pas terminés. Il s'agit en réalité du prolongement de la ligne U5 qui va actuellement de l'Alexanderplatz à Hönow.

Situation actuelle

Les transports urbains relèvent à la fois de la S-Bahn Berlin (pour le S-Bahn) ou de la BVG (Berliner Verkehrsbetriebe) pour tous les autres, mais les billets sont communs. Les moyens de transport sont les suivants :

– sur rail : métro (U-Bahn), S-Bahn, tramway (Straßenbahn et MetroTram) ;
– bus (Bus et Metrobus) ; les bus sont à un ou deux étages ;
– transports fluviaux.

MetroTram et MetroBus forment un réseau complémentaire du métro (MetroNetz). Des lignes spécifiques de bus et de tramways fonctionnent la nuit.

– Des plans de tous ces moyens de transport sont disponibles en fichiers pdf sur le site de la BVG :
http://www.bvg.de/index.php/de/3713/name/Liniennetz.html.

Réorganisation des transports grandes lignes

Après la réunification en 1990 fut décidée à l'emplacement de la Lehrter Bahnhof (gare de Lehrte) la construction d'une nouvelle grande gare centrale pour absorber l'augmentation prévisible du trafic. Ce projet global fut baptisé "Pilzkonzept" (concept du champignon) :

– le chapeau est constitué de l'arc nord du Ringbahn (avec, au nord, la nouvelle gare de Gesundbrunnen) et de l'axe est-ouest du Stadtbahn avec les gares de Zoo, Friedrichstraße, Ostbahnhof ;
– le pied est constitué des lignes partant vers le sud ;
– à la jointure entre le chapeau et le pied, la Lehrter Bahnhof – tout près de la nouvelle chancellerie et du Reichstag. En septembre 2002, alors que les travaux étaient encore loin d'être achevés, les autorités décidèrent que la gare s'appellerait "Berlin Hauptbahnhof – Lehrter Bahnhof", malgré l'opposition d'une majorité de Berlinois (et bien sûr des habitants de Lehrte), qui souhaitaient le maintien du nom ancien. Cette nouvelle gare a été ouverte au public le 28 mai 2006 et a détrôné la gare de Zoo dans son rôle de gare centrale. Désormais, les trains de grandes lignes ne s'arrêtent plus à Zoo.

La Lehrter Bahnhof (gare de Lehrte) avait été construite en 1869-1871. C'était une gare en cul-de-sac pour les trains en provenance de Lehrte (près de Hannover). Quand fut construite la ligne est-ouest du Stadtbahn, elle fut doublée d'une deuxième gare (Lehrter Stadtbahnhof). La première, très endommagée pendant la guerre, fut détruite en 1959.


© Jacques Poitou 2013.