Berlin de Berlin à Berlin (1969-2014)
Plan & photos Histoire Ecrivains Divers

Welthauptstadt Germania
Les projets de Hitler et Speer pour Berlin

Hitler conçut très tôt des projets pour remodeler l’aspect architectural de Berlin. En 1937, il nomma l'architecte Albert Speer "Generalbauinspektor für die Reichshauptstadt Berlin" (inspecteur général des constructions dans la capitale du Reich), avec des pouvoirs étendus. Speer lui était directement subordonné. Ils élaborèrent des plans précis pour faire de Berlin, sous le nom de "Germania", la capitale imposante d’un Reich qui devait dominer l’Europe. La réalisation de ces projets devait durer jusqu'en 1950. Mais les travaux les plus importants restèrent à l’état de maquettes : à partir de 1939, la priorité fut la guerre, et celle-ci ne se passa pas comme les dirigeants nazis l'avaient imaginé.

L'essentiel de ces projets se situait sur deux axes : un axe est-ouest et un axe nord-sud.

Axe est-ouest

La transformation du tronçon ouest, de la Adolf-Hitler-Platz (actuellement Theodor-Heuss-Platz) à la porte de Brandebourg, est réalisée en 1939 :

– élargissement de la Charlottenburger Chaussee (actuellement Straße des 17. Juni), de 80 à 130 mètres ;
– transfert de la Siegessäule, située auparavant devant le Reichstag, sur la place "Großer Stern"  ;
– rehaussement de la Siegessäule : elle était composée de trois "tambours" symbolisant les victoires de 1864 (sur le Danemark), de 1866 (sur l'Autriche) et de 1870 (sur la France), on lui en ajouta un quatrième, pour la guerre de 1914-1918 (l’armée allemande étant considérée comme n’ayant pas été défaite, mais victime d'un "coup de poignard dans le dos").

A l’est de la porte de Brandebourg, Unter den Linden, élargissement de la chaussée (à l'occasion des jeux olympiques de 1936). L’axe est-ouest devait se prolonger au delà jusqu’à la Frankfurter Allee.

Plus loin à l'ouest s'étendaient les installations sportives (Reichssportfeld) créées pour les jeux olympiques de 1936 et, un peu plus au sud, à l'emplacement de l'actuel Teufelsberg, on entreprit la construction d'une école militaire supérieure, qui ne fut pas terminée.

Axe nord-sud

Il est resté pour l'essentiel au stade de la planification. Il devait croiser l'axe est-ouest à peu près à l'endroit où se situe actuellement le monument soviétique et se déployer entre deux gares, situées toutes les deux sur la ligne du Ringbahn : l’une au nord entre les actuelles gares de Westhafen et de Wedding, l'autre au sud, entre les gares de Papestraße et de Tempelhof.

Sur cet axe étaient prévus notamment (du nord au sud) :

– la nouvelle gare du nord (Nordbahnhof) ;
– un grand bassin d’eau (1200 mètres sur 400) ;
– dans le Spreebogen, la Große Halle, bâtiment carré surmonté d’une coupole, d’une hauteur de 320 mètres (à titre de comparaison, la porte de Brandebourg a une hauteur de 20 mètres) ;
– au sud de la Große Halle, à la hauteur du Reichstag, une grande place (Adolf-Hitler-Platz) ;
– ensuite, l’avenue proprement dite, 120 mètres de large, bordée de bâtiments de prestige, avec, à l’est, le quartier gouvernemental et quelques nouveaux bâtiments : le bâtiment de la Reichsbank (construit en 1934), le bâtiment du ministère de l'Aviation (Reichsluftfahrtministerium, 1935), le nouveau bâtiment de la chancellerie (Neue Reichskanzlei, 1939) ;
– dans le tronçon sud de l’avenue, un arc de triomphe de 117 mètres de haut ;
– la nouvelle gare du sud, à proximité de l’aéroport de Tempelhof (construit en 1935).

 

halle
Maquette de la grande halle.

Devant la halle, la place qui devait porter le nom de Adolf-Hitler-Platz.
Sur l'un des côtés (est) de la place, le Reichstag devait être conservé.
Au tout premier plan, la petite Pariser Platz et la toute petite porte de Brandebourg.

La réalisation de ces projets nécessitait de détruire des milliers de logements : pour reloger les gens, dès 1938, Speer réquisitionna les logements habités par des juifs. Il aurait fallu aussi une main d'œuvre considérable, mais Speer montra par la suite, quand il fut nommé ministre de l'Armement, comment il entendait utiliser la force de travail de prisonniers et de déportés réduits en esclavage.

En 1945, à la place de ces projets démesurés, le bilan architectural du nazisme à Berlin pouvait se mesurer en volume des destructions engendrées par la guerre : entre 50 et 100 millions de mètres cubes de décombres. Un peu partout dans Berlin, il y a des montagnes créées avec ces décombres ; la plus haute est le Teufelsberg.

Les principaux bâtiments qui subsistent de l'époque nazie sont celui de la Reichsbank (actuellement ministère des Affaires étrangères), le Reichsluftfahrtministerium (actuellement siège de différentes administrations), l’aéroport de Tempelhof (désaffecté) et le stade olympique. Le bâtiment de la chancellerie, lieu des derniers combats et fortement endommagé, a été rasé. Le voici tel que le présente une carte postale de l'époque. Quant aux bunkers souterrains construits sous la chancellerie, un panneau signale où ils étaient.

Il reste aussi quelques bunkers : le bunker situé près de l'Anhalter Bahnhof, le bunker de la Pallasstraße, celui du Humboldthain (qui a été recouvert avec des décombres), etc.